Divorce

Grâce à Traces Aralis, les immigrés ne restent plus dans l’oubli malgré un divorce ou un prud’homme

Descriptif d’ ARALIS

ARALIS est l’association Rhône Alpes pour le logement et l’insertion sociale qui a été créée en 2000. Elle représente en quelque sorte la forme régionale des mémoires d’immigrés, incluant le rendement et la méditation d’une oeuvre sur les souvenirs et l’historique du nomadisme. Des forums au sein d’ARALIS organisent sur le département Rhône Alpes une sorte de scène de conférence publique, artistique et instructive, dans le but de modifier la vision négative de l’exode. En somme, garder des traces pour se souvenir et surtout ne jamais oublier ces travailleurs qui ont quittés leurs pays d’origine. Cela peut se faire aussi bien sous formes de récits, de photos et de témoignages.

Historique des immigrés accueillis par Traces Aralis

Les personnes reçues par l’association Traces Aralis sont toutes issues de pays étrangers ( 70% ). Depuis leurs arrivée en France, la plupart logent dans des foyers destinés aux étrangers depuis une vingtaine d’années pour certains. En règle générale, ils sont arrivés ici très jeunes et ont toujours fait en sorte de travailler, même dans des conditions pénibles. Ils tiennent beaucoup à être acceptés et reconnus au même titre que les autres résidents, même si ils tiennent aussi à ne pas oublier leurs terres natales, leurs racines. Pour cela, ils travaillent énormément et font tout ce qu’ils peuvent afin de s’insérer le mieux possible dans leur pays d’adoption. Beaucoup d’immigrés aussi arrivent en France car ils ont des problèmes en droit de la famille , en tutelle ou en curatelle, car le droit de la famille est complexe il est retord et seul un avocat spécialisé en droit de la famille peut maîtriser fortement cette thématique et peut notamment aider en cas de divorce par consentement mutuel www.jurifiable.com/conseil-juridique/droit-de-la-famille/divorce-par-consentement-mutuel

Que désirent exactement les immigrés qui vivent en France

Malgré leur courage, leur motivation et leur désir, cela reste néanmoins très difficile pour eux d’être reconnus à juste titre et c’est la raison pour laquelle cette structure ARALIS met tout en oeuvre pour les aider, les guider et tout faire pour les encourager à être eux même les protagonistes actifs de cette entraide. C’est pratiquement vital que ces gens venus d’ailleurs ne restent pas invisibles dans notre société, et que toutes les portes s’ouvrent devant eux. Ils doivent absolument sortir de l’ombre et devenir, comme il se doit, des êtres à part entière dans le but d’obtenir les mêmes droits que doit leur offrir leur pays d’adoption.

Les immigrés peuvent-ils travailler en France?

Il est vrai qu’il est de plus en plus dur en France d’obtenir un travail viable et durable. Pour les immigrés, généralement non-européens, différentes solutions s’offrent à eux afin qu’ils puissent travailler sur le sol français. La question du travail peut alors être discuter par de nombreux français aux chômages qui dénoncent l’immigration en France. Néanmoins, un immigré peut travailler en France si celui-ci possède une autorisation de travail. Effectivement cette autorisation peut être valable lorsqu’on ai en possession d’un visa d’affaire ou d’un document spécifique. Cependant, la plupart des contrats de travail ne permettent pas la délivrance d’une autorisation de travail. On peut également remarquer qu’une grande partie des immigrés ne possèdent pas d’identité, de papiers. Leur intégration dans le monde du travail en France est alors très compliquée. Les immigrés aussi évidemment peuvent avoir des besoins en droit du travail et être accompagnés en cas de licenciement abusif ou pour faute. car les immigrés ont peur de ne pas avoir leurs droits et de ne pas pouvoir appliquer leur droit devant un conseil des prud’homme : www.jurifiable.com/conseil-juridique/droit-du-travail/prudhommes

Le travail au “black”, une unique solution

On retrouve bien souvent beaucoup d’immigrés sans contrat de travail mais travaillant tout de même pour une entreprise en France. Ce phénomène n’est pas rare puisque sans déclaration d’un salarié, l’entreprise peut réaliser un bénéfice plus important. Le travail au noir est interdit et sanctionné mais la majeure partie des immigrés n’ont souvent pas le choix d’accepter les propositions illégales des entreprises. Le gros inconvénient de ces pratiques est l’exploitation et le sous-paiement des immigrés. Travailler en France est alors possible pour les immigrés mais les conditions de travail qu’on leur propose peuvent être épuisantes et décevantes. Leur salaire très faible ne permet malheureusement pas une vie aisé en France.

Le vol, un choix pour survivre?

Un nouveau cas est ici évoqué; le vol en France. En effet, contraint de trouver un moyen de survie après avoir fui leur pays, quelques immigrés sont dans l’obligation de trouver de l’argent. Le vol peut alors s’avérer comme étant vital pour certains étrangers. Il est plausible et pas rare qu’un immigré déterminé n’arrive jamais à trouver du travail. En danger, les délits sont par conséquent la seule solution des immigrés pour se loger, se nourrir et parfois envoyer des capitaux à leur famille resté dans leur pays natal. Le problème du travail des immigrés n’est pas présent qu’en France. Dans toute l’Europe, cette question est évoquée et débattue de nombreuses fois entre les différents représentants des nations européennes. Une solution viable n’a pas encore était trouvée alors que l’immigration ne cesse d’augmenter.
Liens complémentaires :